Episode 1 : Parlons Nuages

Dans les coulisses techno’ de PowerBoutique

Aujourd’hui débute une série de billets sur les coulisses technologiques de PowerBoutique.

Ayant été désigné volontaire pour divulguer – et vulgariser – nos secrets de fabrication les plus confidentiels, je commence donc aujourd’hui. Ma mission est de vous familiariser avec le fonctionnement de la plate-forme PowerBoutique qui héberge des milliers de sites e-commerce. Vaste programme.

Et comme j’avais la tête un peu dans les nuages ce matin, le sujet de mon premier billet m’est tout de suite venu à l’esprit…

Parlons nuages…

L’informatique en nuage ? Je vous sens dubitatifs… Si je vous dis le “Cloud computing” ça vous parle peut-être davantage : vous avez peut-être déjà lu cette expression dans de nébuleux articles ?

Chez PowerBoutique pour tout vous dire, quand on prononce cette expression à nos ingénieurs, elle provoque généralement de petits sourires amusés. Laissez moi vous expliquer pourquoi …

Déjà voilà une douzaine d’années, nous avions commencé à transformer les sites web de nos clients en sites dynamiques. Nous leur proposions un programme pour leur permettre de fabriquer facilement un site e-commerce et le gérer sans expertise technique. A l’époque, nous parlions à nos clients d’un site avec son logiciel d’administration. Un jour, un journaliste américain est venu nous voir et il nous a dit ” Mais ce que vous faites, c’est un CMS e-business ! ” (CMS : Content Management System ou encore gestionnaire de contenus).

Wow !! Nous concevions une « technologie CMS » sans le savoir ! Que ce mot « CMS » sonnait bien à nos oreilles d’ingénieurs. Ceci dit pour être très honnête, de l’aveu même de nos collègues commerciaux : ça disait rien du tout à nos clients TPE-PME !

Et bien, s’agissant du “Cloud”, c’est tout pareil !

PowerBoutique a en effet développé très tôt sa propre “technique d’applications hébergées largement dé-corrélée des ressources matérielles”. Si si…

L’idée était de pouvoir adapter la répartition des sites marchands sur un ensemble de serveurs en fonction des besoins précis à un instant t.

Je m’explique : Le service d’un site devait pouvoir utiliser aux heures creuses une fraction de la puissance d’un serveur (enfin de deux serveurs : redondance de sécurité pour sauvegarde des données) et quelques minutes plus tard, être réparti sur une douzaine de serveurs pour faire face à un important pic de trafic (par exemple, suite à une newsletter qui cartonne).

L’autre défi consistait à faire fonctionner cela de manière hyper simple : sans intervention humaine, ni paperasse et surtout sans déranger le client, lequel dans ces cas là, croyez moi, a franchement autre chose à faire (par exemple traiter les commandes, répondre aux clients…).

De notre point de vue, il s’agissait basiquement de concevoir des systèmes adaptés à la fois à notre métier et aux besoins légitimes de montée en charge des sites de nos clients.

Bien des années plus tard, le terme “Cloud” fit son apparition, tel un gimmick, dans la presse informatique. Présenté comme un concept révolutionnaire, un modèle radicalement novateur… pour désigner comme d’hab’ des techniques conçues et appliquées en réalité depuis fort longtemps et sur moultes plate-formes web avancées. Cela avait néanmoins l’avantage de mettre une dénomination simple sur un truc compliqué à expliquer.

Une fois de plus, nous étions précurseur malgré nous. Tel Monsieur Jourdain faisant sa prose, nous innovions “en nuage” sans le savoir… Depuis, je dois vous dire que nous sommes impatients de découvrir les prochaines pépites sémantiques que trouveront les pros du market techno pour désigner dans le futur des trucs qu’on fait déjà à la R&D !

Pour décrire précisément notre offre, nous utilisons volontiers le terme SaaS (Software as a Service, ou logiciel sous forme de service). C’est en tout cas la meilleure manière de caractériser la partie visible, pour nos clients, de la plate-forme PowerBoutique.

De leur côté, nos architectes systèmes en charge de l’infrastructure plutôt que du logiciel, préfèrent parler de PaaS (Platform as a Service).

Même si, je vous l’accorde, les expressions “Cloud” ou “Nuage” sont beaucoup plus poétiques

 

Au cours des prochains épisodes de cette saga informatique, nous aurons l’occasion de revenir sur ces technologies, mais pas seulement. J’ai vraiment envie de vous montrer tout ce qui se cache derrière et qu’on évoque si rarement : les machines, les tuyaux, les systèmes de contrôle, la gestion de l’énergie… toutes ces choses très compliquées qui font mal à la tête.

Alors, à très bientôt sur le blog !

Alex – Infrastructure, Système & Réseau – PowerBoutique.

 

Photos : Ben Chams / Beboy /panthesja ©Fotolia

3 commentaires

  • Merci pour vos explications. Pour moi qui suis néophyte ça me parle alors c’est que l’explication est claire !

  • J’ai un peu peur du grand méchant Cloud !
    Je ne sais pas si tout est bien sécurisé. On à tous en tête le problème avec cette fameuse console de jeux, (je crois qu’ils hébergeaient, leurs données dans un cloud ). Y-a-t’il des sécurités de prévus ?
    Merci d’avance pour votre réponce.
    Ps : j’ai adoré l’article !

    • PowerBoutique

      Cher David,

      Nous avons également observé avec beaucoup d’attention les déboires de cette grande compagnie japonaise, qui subit des attaques répétées et dévastatrices depuis le printemps 2011.

      Pour l’attaque que vous évoquez en particulier, et selon nos informations (notamment Bloomberg 16 mai 2011), il s’agirait plutôt des attaquants qui auraient utilisé les ressources de l’infrastructure Cloud d’Amazon.
      Ils les auraient louées pour l’occasion sous nom d’emprunt, avec un numéro de carte bancaire volé, afin de lancer leurs attaques. La puissance des ressources d’Amazon offrant une excellente plateforme pour une attaque DDOS (Distributed Denial of Services). Maintenant, il faut savoir que si louer les ressources d’Amazon est une première, cela marche tout aussi bien depuis un classique (et gros) réseau de PC zombies.

      Donc, l’attaquant loue frauduleusement des ressources matérielles, des serveurs EC2, sur le Cloud d’Amazon, détourne l’utilisation de ces ressources pour conduire une attaque DDOS massive, et la cible, utilisant une architecture plutôt classique, se prend tout « dans les dents ».

      Notez que notre “Cloud” n’est absolument pas adapté à ce type d’activité, d’autre part, nous ne louons pas nos ressources. Nous louons un service bien identifié et son usage est très encadré, ce qui est très différent d’un “Cloud” où l’on loue de la ressource matérielle de façon quasi anonyme.

      Alors y a-t-il des mesures de sécurité prévues ? Et bien oui, c’est notre métier, nous avons plusieurs ingénieurs qui y travaillent chaque jour. Je peux vous dire aussi que chez Doyousoft les investissements de sécurité sont les mieux acceptés lors des arbitrages de budget or ces équipements sont vraiment très onéreux. Alors si une chose est sûre, c’est que nous n’avons pas oublié de nous en occuper !

      Dans la série des articles sur les “coulisses technologiques de PowerBoutique”, nous avons prévu plusieurs articles sur les sujets liés à la sécurité, et nous aurons donc l’occasion d’évoquer ces fameux DDOS et autres curiosités sympathiques 🙂

      Alex – Infrastructure, Système & Réseau – PowerBoutique.

Répondre à RICHEZ Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *